Le chauffage est un équipement qui consomme beaucoup d’énergie. Pourtant, il est indispensable durant la saison hivernale. Le désir de tous les foyers est de réduire leurs dépenses énergétiques. La solution idéale est d’installer une pompe à chaleur (PAC). C’est un équipement capable de produire de la chaleur grâce aux énergies renouvelables et gratuites. Certes, son installation constitue une opération coûteuse. Toutefois, sa rentabilité est assurée et ce, sur le long terme.

En utilisant de la pompe à chaleur, il est possible d’économiser jusqu’à 75% d’énergie. L’économie réalisée dépend du type d’installation. La performance d’une pompe à chaleur dépend en général de son COP (Coefficient de performance). S’il est élevé, l’installation est d’une efficacité remarquable. Ainsi, si vous voulez avoir un chauffage de qualité qui garantit un rendement optimal, il faut bien choisir le type de PAC à installer.

La pompe à chaleur air/air

Connue aussi sous le nom de pompe à chaleur aérothermique, la PAC air/air est le système le plus pratique qui soit. Elle utilise l’air comme source et élément diffuseur de chaleur. En fait, la PAC air/air comporte deux modules. Il y a la pompe installée à l’extérieur. Son rôle consiste à capter la chaleur dans l’air. Puis, il y a les diffuseurs placés à l’intérieur du local qui vont réchauffer la chaleur avant de la répartir.

Image

Notons que pour chauffer le fluide calorigène, la PAC air/air a besoin d’électricité. Mais sa quantité est largement inférieure à celle produite par l’appareil. Ainsi, en l’utilisant, il est possible de diviser par 3 le montant de la facture d’énergie. A part sa praticité et son côté très économique, ce modèle de PAC présente bien d’autres avantages. Le plus important, est qu’il est compatible avec d’autres solutions thermiques. Ainsi, il est possible de l’associer avec le chauffage existant.

Sachez aussi que la PAC air/air existe en version réversible. Un tel équipement est capable de fournir de la chaleur pendant la saison hivernale et de rafraîchir l’air de la maison pendant la période d’été. Pour couronner le tout, c’est la PAC la moins coûteuse vu qu’il n’est pas nécessaire de la raccorder au chauffage central. Il s’agit donc d’un appareil indépendant.

La pompe à chaleur air/eau

Ce modèle de PAC est aussi très intéressant. Il capte les calories dans l’air ambiant afin de réchauffer le fluide calorigène. C’est ce liquide qui va chauffer à son tour l’eau qui véhicule à travers le système de chauffage. La pompe à chaleur air/eau est bien réputée pour sa performance. Voilà pourquoi, elle a la cote auprès des consommateurs. Notons que cette PAC se décline en deux catégories. Il y a la version basse température. Elle est beaucoup plus économique que la version haute température.

La pompe à chaleur air/eau peut servir de chauffage d’appoint. Si elle est assez puissante, elle peut jouer le rôle de chauffage central et remplacer la chaudière. Il faut seulement l’associer à des émetteurs « basse température ». C’est le cas des radiateurs et des planchers chauffants.

La pompe à chaleur eau/eau et sol/eau

Appartenant à la catégorie de la pompe à chaleur géothermique, les PAC eau/eau et sol/eau se servent de la chaleur dans le sol et les nappes phréatiques. Très efficaces, elles sont toutefois peu pratiques car leur installation est assez délicate. En effet, il faut installer les capteurs dans le sol, à une profondeur de 30 à 100m.

Le coût du forage est souvent important. Du coup, les PAC géothermiques sont très onéreux. La qualité des composants du système a également une importance cruciale. Pour information, il y a deux catégories de PAC géothermique. La première, plus pratique, est munie de capteurs horizontaux tandis que la seconde, la plus difficile à installer, est équipée de capteurs verticaux.