La consommation énergétique du secteur résidentiel est un sujet largement discuté ces derniers temps. Cette dernière augmente au fil du temps. Pourtant, plus les dépenses en énergie sont élevées, plus le montant des factures est exorbitant. C’est un réel problème pour un foyer à budget serré. La solution adéquate et qui donne un résultat durable est de s’équiper d’une source d’énergie gratuite. C’est le cas de la pompe à chaleur (PAC).

Qu’est-ce que la pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur est un système de production énergétique utilisant une source propre ou renouvelable. Il se peut que ce soit de l’air. Dans ce cas, la PAC est aérothermique. Mais le système peut également exploiter l’énergie dans le sol. Il est alors baptisé PAC géothermique. Le fonctionnement du système est simple : la PAC extrait l’énergie dans la nature, augmente son niveau de température grâce au compresseur avant de la diffuser dans le local à chauffer grâce à un dispositif spécial comme un radiateur.

Image

En ce qui concerne sa puissance, elle peut aller de 2kW à 200 kW. Mais l’atout majeur de ce système, c’est qu’elle peut être réversible. Cela signifie qu’elle peut non seulement produire de la chaleur mais aussi du froid. En d’autres termes, elle peut assurer le confort d’un local en toute saison.

Les différents types de pompes à chaleur

Il existe plusieurs catégories de pompes à chaleur. Les systèmes se différencient en général au niveau du type d’énergie utilisée. La pompe à chaleur air/air ou « aérothermie » est la plus utilisée puisque c’est le modèle le plus facile à mettre en œuvre. Elle est surtout présente dans les habitations fabriquées selon la norme RT 2012 (Règlementation Thermique 2012) ainsi que les maisons dotées du label Bâtiment Basse Consommation ou BBC.

La PAC air/eau convient,quant à elle, aux entreprises industrielles. Elle capte la chaleur dans l’air extérieur et l’achemine dans un circuit à eau chaude avant d’être diffusée dans le local via les radiateurs basses températures. Enfin, il y a la PAC sol/eau ou géothermie. C’est dans le sol qu’elle puise la chaleur et elle la transmet dans le local via un circuit à eau chaude.

Mesurer la performance de la PAC

Selon les connaisseurs, la pompe à chaleur est bien plus performante que d’autres solutions thermiques. Son rendement est mesuré par le COP (coefficient de performance). En général, il s’agit d’une valeur trouvée via le rapport entre la chaleur restituée et l’énergie consommée pour sa production. Elle diffère selon le type d’installation.

Sachez toutefois qu’il existe trois types de COP. La COP machine représente la performance du système trouvée suite à des études réalisées en laboratoire. Le COP système représente l’efficacité de la PAC en général. Enfin, il y a le COPA ou Cop annuel, c’est ce qui met en évidence le rendement réel de l’appareil. Plus il est important, plus la PAC est puissante et efficace. La pompe à chaleur sol/eau présente par exemple un COP annuel de l’ordre de 3. Pour la PAC air/eau, le COPA est de l’ordre de 2.

Focus sur l’alimentation d’une PAC

Il est important de souligner que pour produire de la chaleur, la PAC a besoin d’énergie. La source d’alimentation utilisée diffère d’une machine à une autre. Il se peut que ce soit de l’électricité. Mais il y a aussi des PAC alimentées par du gaz. Ces dernières sont visibles dans les maisons environnementales parce qu’elles se montrent plus écologiques. De plus, elles peuvent rehausser la performance énergétique d’un local. Pour finir, il faut mentionner que la pompe à chaleur peut aussi alimenter en énergie les appareils de production d’eau chaude sanitaire. Bien entendu, la puissance de l’installation doit être élevée.